Quelle utilisation du jetable et des gourdes en France ? [enquête consommateur RSE 2022]

28 juin 2022

Parce que chez Gobi, on travaille sur la réduction de la part du jetable dans votre quotidien, nous nous sommes dit qu’il serait intéressant de connaître la réalité terrain du sujet. Et pour ça, nous avons fait appel à l’institut d’études OpinionWay, dont vous pouvez retrouver la méthodologie en fin d’article.

L’objectif de l’étude était de mieux comprendre les habitudes des Français.es en matière d’équipements jetables et d’utilisation de contenants réutilisables – comme les gourdes – en dehors de leur domicile. L’étude se penche aussi sur la gestion du jetable au travail et sur la compréhension qu’ont les Français.es de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Il s’agissait enfin plus globalement de faire un point sur l’adoption de gestes éco-responsables par les Français.es, et l’importance qu’ils ou elles accordent aux enjeux environnementaux. 

Ce qu’il faut retenir :

  • Dans l’ensemble, les Français.es sont soucieux.euses de l’environnement et ont conscience de l’importance d’adopter des gestes éco-responsables. 
  • À condition que cela ne nécessite pas un trop grand investissement de leur part : sont privilégiés – et c’est bien compréhensible compte tenu du contexte actuel – les gestes éco-responsables plutôt simples à mettre en place et qui ne coûtent rien (au contraire, ils permettent plutôt d’économiser).
  • Les comportements varient tout de même selon la tranche d’âge : les jeunes sont prêts à aller plus loin que leurs aîné.e.s, notamment à modifier leurs habitudes d’achat et de transport. 
  • Les équipements réutilisables sont beaucoup adoptés, 54% des Français.es utilisent une gourde dans leur quotidien, et davantage pour les plus jeunes (68% auprès des moins de 35 ans).  
  • Ce qui compte au moment de choisir une gourde est avant tout sa praticité et beaucoup moins son impact écologique ou sa fabrication. 24% des Français.es ne savent pas définir ce qu’est l’éco-conception.
  • Le jetable reste pourtant encore très présent en raison de sa place dans la vente à emporter. En moyenne, lorsqu’ils ou elles sont sur leur lieu de travail ou à l’école, les Français.es actif.ve.s ou étudiant.e.s achètent 1,4 fois par semaine un repas vendu ou livré dans un contenant jetable.
  • Au travail et à l’école, il reste encore 44% d’actif.ve.s et d’étudiant.e.s à convaincre d’abandonner le gobelet jetable. La réglementation sur le jetable en entreprise et à l’école n’est d’ailleurs pas encore très bien suivie (cf : loi AGEC). 
  • Quant à la RSE, elle est peu connue et peu perçue par les actif.ve.s et étudiant.e.s français.es : seul.e près d’1 sur 2 (49%) sait de quoi il s’agit, et un peu moins 3 actif.ve.s sur 10 en ont entendu parler dans le cadre de leur travail (!!)

Ce qu’il faut retenir – par thématique abordée :

  1. L’éco-responsabilité
  2. Le réutilisable
  3. La consommation d’eau du robinet
  4. Focus sur les gourdes
  5. Le jetable au travail
  6. La RSE
  7. Focus sur l’Ile-de-France

1. L’éco-responsabilité

  • Les Français.es privilégient la mise en place de gestes éco-responsables simples à mettre en place et qui ne coûtent rien (permettant même des économies) : trier ses déchets, économiser de l’eau et du chauffage, éteindre les lumières… Rien de très nouveau ! 
  • Les plus de 50 ans privilégient davantage le local. Les plus jeunes vont plus loin en utilisant davantage des gourdes, en achetant plus en vrac et en utilisant davantage des transports alternatifs.
  • Les Français.es jugent particulièrement problématiques d’un point de vue environnemental le suremballage (92%), l’utilisation de sacs plastiques (87%) et le plastique jetable issu de la restauration (85%). 
  • Les éléments les plus à même de rassurer les Français.es sur l’impact écologique d’un produit sont la possibilité de le recycler (63%), la fabrication à partir de matériaux ou ingrédients naturels (46%) et la fabrication en matériaux recyclables (45%). 
  • L’éco-conception est un argument qui rassure sur l’impact écologique pour seulement 23% des Français.es. Le terme n’est pas compris : 24% ne savent pas ce que c’est lorsqu’on leur demande de nous dire ce que cette notion leur évoque. Celleux qui pensent savoir l’associent principalement à une production sans pollution, durable ou écologique. L’éco-conception est une notion qui va davantage rassurer les hommes, les CSP A et les habitant.e.s d’Ile de France sur l’impact écologique d’un produit.
  • 84% des Français.es disent que les enjeux écologiques auraient dû être au cœur de la campagne présidentielle. Un sentiment renforcé auprès des CSP A.

2. Le réutilisable

  • 80% des Français.es utilisent au moins un équipement réutilisable (gourde, couverts, lunchbox, mugs, etc.) hors de leur domicile, donc une majorité. 
  • Un peu plus d’1 Français.e sur 2 (54%) utilise une gourde dans son quotidien, en dehors de son domicile. Son utilisation est plus ancrée chez les moins de 50 ans, dans les foyers avec enfants et chez les télétravailleur.euse.s. 
  • L’utilisation de la lunchbox est plus féminine.

3. La consommation d’eau du robinet

  • 85% des Français.es boivent de l’eau du robinet, 53% exclusivement. 15% n’en boivent jamais !
  • Celleux qui alternent le plus entre l’eau du robinet et les bouteilles sont les plus jeunes et les Francilien.ne.s. 
  • La principale différence entre eau du robinet et eau en bouteille ? Pour 26%, c’est le goût. L’eau du robinet a l’avantage d’être écologique, mais traitée, calcaire ou javellisée. Alors que l’eau en bouteille est jugée qualitative et apporte des nutriments.

3. Focus sur les gourdes

  • 54% des Français.es possèdent une gourde. Les 25-34 ans en possèdent davantage. Ce sont en tendance davantage des femmes et des personnes qui vivent dans le Sud. 
  • Les critères d’achat sont avant tout fonctionnels ! La taille (60%), la praticité à boire (55%), le prix (51%), la solidité (49%) et le caractère isotherme (47%). Ce sont les jeunes qui sont les plus sensibles au prix, tandis que les plus de 50 ans sont comparativement plus sensibles aux matériaux. 
  • Les gourdes des Français.es qui en possèdent sont en inox à 46%, en plastique à 36%, en aluminium à 34% et en verre à 17%. En moyenne, iels possèdent 2 gourdes, qu’iels utilisent depuis en moyenne 4 ans. Iels changent de gourde en moyenne tous les 2 ans. 
  • 67% disent l’avoir achetée elleux-mêmes, 32% l’avoir reçue en cadeau.

4. Le jetable au travail

  • 59% des Français.es actif.ve.s (et qui ne sont pas en 100% télétravail) ou étudiant.e.s achètent des repas à emporter dans des contenants jetables, soit 6 sur 10, en moyenne 1,4 fois par semaine. Ce sont davantage les étudiant.e.s qui en achètent (74%).
  • 53% des Français.es actif.ve.s (et qui ne sont pas en 100% télétravail) ou étudiant.e.s (on peut parler de la moitié) ont accès à une bonbonne ou à une fontaine d’eau sur leur lieu de travail ou d’étude. On constate qu’il y a plus de fontaines ou bonbonnes en Île de France par rapport aux autres régions, mais qu’on y propose aussi plus de bouteilles d’eau jetables. 
  • 56% des Français.es actif.ve.s (et qui ne sont pas en 100% télétravail) ou étudiant.e.s n’utilisent jamais de gobelets jetables, mais des mugs, tasses, gourdes, etc. L’envers de la médaille : 44% des Français.es actif.ve.s (et qui ne sont pas en 100% télétravail) ou étudiant.e.s utilisent des gobelets jetables occasionnellement, souvent ou tout le temps.
  • A la question “est-ce que votre entreprise/employeur/école a supprimé le jetable depuis début 2020 ?” (conformément à la législation en vigueur), 52% des Français.es actif.ve.s (et qui ne sont pas en 100% télétravail) ou étudiant.e.s répondent oui, 28% disent que non, 20% ne savent pas. 

5. La RSE

Ici encore, les questions ont été posées aux Françai.e.s actif.ve.s (télétravailleur.euse.s ou pas) ou étudiant.e.s. 

  • 49% connaissent précisément ou à peu près la signification du sigle RSE, soit près d’1 sur 2. 51% l’ignorent complètement. Celleux qui savent précisément définir la RSE (18%) sont surtout les télétravailleur.euse.s CSP A. 
  • Moins de 3 Français.es actif.ve.s (sans les étudiant.e.s cette fois-ci) sur 10 ont entendu parler de RSE dans le cadre de leur travail ! Globalement, on constate donc une très faible connaissance de la RSE.
  • Les engagements RSE de leurs entreprises sont très peu perçus par les actif.ve.s. 56% disent voir un décalage entre le discours tenu par l’employeur.euse et la réalité. 43% disent que leur employeur.euse place la RSE au cœur des enjeux stratégiques, 57% disent que ce n’est pas le cas.
  • Pourtant, 77% des Français.es actif.ve.s attendent de leur entreprise qu’elle leur facilite l’adoption du réutilisable dans le cadre du travail.  62% d’entre elleux aimeraient que leur entreprise les accompagne dans leur transition individuelle vers une démarche plus écologique. 
  • Quelles sont les actions RSE à mettre en place en priorité selon les Français.es ? Le tri et le recyclage des déchets (cité par 56% des actif.ve.s), la réduction de la consommation de papier (54%), favoriser le télétravail (36%) et le passage aux énergies renouvelables (36%). Remplacer les gobelets jetables par des gourdes est évoqué par 28% des Français.es actif.ve.s.

4. Focus sur l’Île de France

  • On remarque un paradoxe entre une conscience écologique plus développée, liée aux CSP A et au télétravail, et un retard en matière d’adoption des gestes éco-responsables au travail.
  • Seul.e.s 19% des utilisateur.rice.s de gourde citent l’impact écologique de sa fabrication en critère d’achat, contre 29% en Île de France.
  • Les Francilien.ne.s font partie de celleux qui alternent le plus entre l’eau du robinet et les bouteilles jetables : 33% d’entre elleux, contre 22% du total des Français.es.
  • Il y a plus de fontaines ou bonbonnes en Île de France par rapport aux autres régions, mais on y propose aussi plus de bouteilles d’eau jetables (23% en ont en libre-service, vs. 16% en France).

Quelle méthode a été utilisée ?

L’enquête quantitative a été menée par l’institut d’études OpinionWay du 12 au 22 avril 2022, soit entre les deux tours de l’élection présidentielle, auprès d’un échantillon représentatif de 1002 Français.es âgé.e.s de 18 ans et plus. L’échantillon est représentatif de la population française en termes de genre, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de région de résidence et de catégorie d’agglomération via la méthode des quotas.

A l’image de la population française, cet échantillon représentatif est composé de 52% de femmes et de 48% d’hommes. L’âge moyen des personnes interrogées est de 49 ans. Il est important de noter que seul.e.s 57% des Français.es interrogés sont actif.ve.s. Sur les 571 actif.ve.s, 42% télétravaillent (que ce soit tous les jours ou ponctuellement) et 44% sont salarié.e.s d’une grande entreprise (plus de 200 salarié.e.s). 82% vivent en Province et 30% dans une agglomération de plus de 100 000 mille habitants.