Nos 5 conseils pour bien s’hydrater, en télétravail ou au bureau

10 mai 2022

Télétravail ou pas, pour travailler, nous avons besoin de notre cerveau. Et pour travailler, notre cerveau à besoin d’eau. Il en contient 85% ! Et le café, vous dites ? Fausse bonne idée : oui, la caféine stimule, mais les effets de l’eau sont bien meilleurs. 

Dès que le taux d’eau dans notre cerveau baisse, même légèrement, notre vigilance baisse aussi, tout comme notre concentration, notre mémoire à court terme et notre capacité à tirer des conclusions. Ce qui augmente, en revanche, c’est la sensation de fatigue et le niveau d’anxiété. En clair, la déshydratation est notre ennemi numéro un lorsqu’il s’agit d’être performant (ou juste de finir cette présentation ultra importante dans les temps sans paniquer). 

Le hic, c’est que ce n’est pas si simple d’éviter la déshydratation. On ne parle pas de vous en train de traverser le désert de Gobi en plein cagnard (exemple choisi au hasard), mais juste du moment où vous vous dites “tiens, j’ai soif” et où vos capacités sont déjà en train de faiblir. Le mieux est d’anticiper !

Que l’on travaille depuis chez soi ou que l’on ait retrouvé le chemin du bureau (et découvert au passage que le nouveau stagiaire mesurait 2 mètres), ce n’est pas si simple de prendre de nouvelles habitudes.

Quand on travaille beaucoup et que l’on bouge peu, comment faire pour boire suffisamment ?  

Voici nos 5 tips pour rester hydraté du ciboulot

  1. Pauses : en faire. 

C’est la base. Vous n’êtes pas une machine. Prenez soin de vous et accordez-vous suffisamment de temps pour lever le regard de l’écran et faire tout à fait autre chose. Votre productivité risquerait de s’en trouver sérieusement augmentée. La méthode pomodoro marche plutôt bien ! Vous vous demandez où est passée l’eau dans ce premier tips ? On prépare juste le terrain, lisez la suite 🙂

  1. Une pause = un coup d’eau

C’est un rituel à instaurer dès tout de suite là maintenant. Levez-vous, allez vous servir un verre d’eau ou remplir votre gourde sans vous poser trop de questions. En effet, il vaut mieux boire régulièrement et par petites gorgées plutôt que de liquider toute une bouteille d’une traite. L’estomac préfère. Et ça vous fait bouger : n’hésitez pas à combiner la pause hydratation avec un petit automassage, une mini session de yoga ou quelques exercices de respiration

  1. Varier les plaisirs

Vous n’êtes pas obligé de faire rimer routine avec ennui. Surprenez-vous et votre cerveau en soif de nouveauté en variant les boissons et les bienfaits : le matin, un thé vert énergisant, pendant les réunions, une eau infusée au citron et au gingembre et l’après-midi, un kombucha pétillant histoire de rester d’attaque jusqu’au bout.

  1. Trouver les bons contenants

Votre tasse fétiche, une théière qui vous fait de l’œil, une gourde couverte de stickers par votre petit dernier ou la gourde offerte par votre boîte, mais personnalisée avec la photo de votre chien – on a toujours plus envie de boire quand l’objet en question nous plait et nous ressemble. Jusqu’à décorer nos visioconférences ou devenir sujet de conversation lors d’un entretien (histoire vraie). C’est aussi pour ça que nous avons pensé nos gourdes comme des objets design, qui ont une histoire à raconter !

  1. Jamais sans ma gourde

Le meilleur moyen de boire assez est encore d’avoir en permanence de l’eau à portée de main ! Assurez-vous d’avoir toujours votre gourde avec vous, en la glissant dans votre sac la veille au soir et en l’emportant en réunion. Ou prévoyez carrément plusieurs gourdes, selon votre trajectoire de la journée : celle qui ne quitte pas votre table de nuit, celle qui reste dans le sac des enfants, celle qui vous accompagne à la salle de sport… Tous nos Gobi sont spécialement pensés pour ça : personnalisables, légers, faciles à transporter, au bouchon vite dévissé et re-vissé. 

Vous voyez, ce n’est pas sorcier, et même plutôt fun. Bonne journée bien hydratée, quel que soit votre bureau ! 

PS : L’hydratation de cet article a été assurée par un Gobi Indoor rose poudré que l’auteure tient à remercier pour ses bons et loyaux services.

Source des infos dans l’intro : le Centre de l’information sur l’eau