Gobi Bordeaux, en 4ème place du défi Ekolo[geek] !

18 décembre 2020

Le 17 décembre dernier se terminait le défi « Zéro déchet des pros » organisé par l’association Ekolo[geek]. Depuis 2007, cette association sensibilise et forme tous les publics (particuliers, entreprises) aux éco-gestes et à la consommation responsable en Gironde. L’équipe Gobi de Bordeaux est arrivée à la quatrième place !

Accompagner les entreprises de Nouvelle Aquitaine vers le réutilisable (comme Sciences Po Bordeaux ou Cultura) c’est bien, mais progresser soi-même dans sa politique zéro déchet, c’est encore mieux ! Laura Darlet vous livre le retour d’expérience de Gobi et vous partage les bonnes habitudes à mettre en place pour réduire vos déchets en entreprise.

1. Bien embarquer toute l’équipe

Chaque organisation a une maturité différente sur le zéro déchet. Cela dépend souvent de son objet social, de la taille de l’entreprise ou encore de la sensibilité des équipes. « Pour réussir, tout le monde doit être mobilisé, rappelle Laura, Le zéro déchet doit imprégner la culture de l’entreprise et être transmis aux nouveaux salariés dès leur arrivée.« 

La mission de Gobi étant de remplacer le jetable, cette première étape était plutôt aisée. D’autant que l’équipe est à taille humaine. Samuel Degrémont, l’un des trois cofondateurs de Gobi, s’est installé à Bordeaux en 2015 et y a développé le pôle “Opérations”. L’équipe compte désormais 5 personnes en charge du suivi des commandes, de la gestion des stocks, des relations avec les partenaires industriels ou encore de la création de nouveaux produits.

Laura, Amélie et Laure de l’équipe Gobi Bordeaux

2. Identifier les principaux déchets que l’équipe produit

Pendant l’année 2020, l’accompagnement d’Ekolo[geek] (ateliers collectifs, suivi personnalisé) a permis d’identifier les sources de déchets : numérique, restauration, gestion du Covid etc. Aux côtés d’autres entreprises du département (comme Suez, ENEDIS, l’Ecole de Condé, Fauché…), Gobi a listé tous ses axes d’amélioration.

Dans la plupart des organisations, les déchets les plus importants sont les capsules de café, les gobelets et bouteilles jetables, les impressions et les fournitures de bureaux ou encore les appareils électroniques.

« Nous n’avions pas les mêmes problèmes que les autres, raconte Laura, Nous avions tous nos Gobi, une machine à café percolateur et depuis que l’imprimante est cassée, nous avons tout simplement appris à travailler sans. En revanche, l’équipe devait progresser sur la restauration rapide au déjeuner et sa gestion des commandes en ligne, sources d’emballages à usage unique que nous pouvions éviter ! »

3. Engager les actions de réduction

Une fois les axes identifiés et priorisés, il s’agit de faire preuve d’imagination pour trouver des solutions simples à mettre en œuvre, concrètes et accessibles à tous !

Par exemple :
– Afficher les règles de tri
– Mettre à disposition des masques en tissu
– Réduire ses déchets numériques
– Trouver une solution compost
– Fournir des serviettes en tissu et des ronds de serviettes individuels

Pour la restauration rapide, l’équipe s’est dotée de contenants réutilisables et privilégie désormais pour ses pauses déjeuners les restaurateurs qui les acceptent. « On aime tout particulièrement BreadStorming, Copine Claude ou encore Saveurs Saveurs dans notre quartier des Chartrons, explique Laura. Au départ un peu surpris, ils ont tout de suite accepté de nous suivre sur le zéro déchet. »

Pour réduire les commandes en ligne, un tableau a été créé pour référencer tous les besoins (café, liquide vaisselle…) ainsi que les points de vente à côté du bureau (boutique de vrac, fournisseurs locaux, magasins d’électro-ménager, etc.). « Désormais, quand il manque quelque chose, nous ne passons plus par internet mais nous partons avec notre liste de courses au magasin du coin de la rue » résume Laura.

C’est maintenant au bureau de Gobi Paris de s’inspirer de ses collègues bordelais !

Gobi n’a pas attendu la crise sanitaire pour favoriser le télétravail et le multi-site 😉 Les équipes sont réparties entre Rouen (CEO), Paris (pôle commercial et communication), Bordeaux (pôle opérations) et Mandres les Roses (pour le montage et l’expédition des produits). Fabriqués dans les Vosges, dans l’Ain, le Val de Marne, le Cher, le Puy de Dôme et l’Yonne, les produits Gobi sont en effet personnalisés dans le Val de Marne par des personnes en situation de handicap ou de réinsertion professionnelle avant d’être expédiés chez les clients.

Vous êtes à Bordeaux et vous souhaitez nous rencontrer ? Ecrivez-nous sur les réseaux sociaux ou à hola@gobilab.com